Eterna Cambridge 8508.41.41

La galerie

Eterna Cambridge 8508.41.41Eterna Cambridge 8508.41.41Eterna Cambridge 8508.41.41Eterna Cambridge 8508.41.41
Eterna Cambridge 8508.41.41Eterna Cambridge 8508.41.41Eterna Cambridge 8508.41.41Eterna Cambridge 8508.41.41
Eterna Cambridge 8508.41.41Eterna Cambridge 8508.41.41Eterna Cambridge 8508.41.41Eterna Cambridge 8508.41.41
Eterna Cambridge 8508.41.41

La marque

En 1876 sort de la maison Girard & Schild (fondée en 1856) installée à Grenchen, Suisse, la première montre marquée Eterna.
De 1932 a 1937, Eterna connaît un essor incroyable, ouvrant des succursales à Paris, New York, Berlin, Helsinki, Prague, Stockholm, et Copenhague. La 2ème guerre mondiale sera un cap difficile à passer, mais dès 1947, Eterna repart à l'assaut du monde ... en radeau ! C'est en traversant le Pacifique aux poignets des membres d'équipage du Kontiki que naîtra la fameuse série du même nom.

Parmi les événements marquants de la marque, on relèvera en 1914 la première montre bracelet réveil. En 1948 sort l'Eterna-Matic, première montre automatique dont le rotor est monté sur roulement à billes, aujourd'hui incontournable dans l'horlogerie.
Les 5 billes constituant le roulement sont d'ailleurs devenues le logo d'Eterna.
On notera également qu'Eterna est à l'origine d'ETA, fabrique d'ébauches aujourd'hui omniprésentes dans nos chers garde-temps. Ironie du sort, ETA sera absorbé par Swatch Group en 1983 obligeant désormais Eterna à acheter au géant Suisse les ébauches dont elle est à l'origine.


La boîte

Elle est en acier poli et mesure 37.7mm de diamètre pour 13mm d'épaisseur. Le fond, en acier satiné, est vissé. La couronne arbore fièrement en son centre les 5 billes du logo Eterna.
Les poussoirs du chronographe, assez proéminents, permettent une très bonne préhension.
Le verre saphir est traité anti-reflet de deux côtés.
Le design générale est très inspiré des chronographes produits par la maison dans les années 50.


Le calibre

Le cœur de cette montre est un 2894-2 qui contient pas moins de 37 rubis. Il mesure le temps au rythme de 28 800 oscillations/heure (4Hz). Le rotor monté sur le fameux roulement à bille se fait beaucoup plus discret qu'un 7750, et de plus n'est pas unidirectionnel. A pleine charge, son fonctionnement est assuré pendant 42 heures.
Le changement de la date est de type rapide, et le réglage précis de l'heure est facilité par un système stop-seconde.
Par contre, et ce fut une découverte pour moi, la construction de type modulaire du chronographe, et le fait qu'il ne soit donc pas en prise directe (et constante), à pour cause un léger saut de l'aiguille des secondes au lancement du chronographe.
Rien de nuisible quant au fonctionnement de la montre, ni en sa justesse, juste un fonctionnement disgracieux, à mes yeux.


Le cadran

C'est la pièce maîtresse de cette montre, celle qui fait qu'on l'adore ou qu'on la déteste. En effet, nous trouvons dessus, en plus des 3 compteurs (minute traînante du chronographe à 9h, heure du chronographe à 6h, petite seconde à 3h) et de la date située dans un guichet entre 4h et 5h, une échelle tachymètrique et une échelle télémétrique. N'oublions pas l'échelle des minutes, et vous aurez un outil capable de vous donner un nombre impressionnant d'informations ... sous réserve de savoir s'en servir.
Et les index dans tout ça, me direz-vous ? et bien il n'y en a que 3 en chiffre arabes : 11h, 12h et 1h. Ils sont recouvert de peinture luminescente, et de ce fait, se détachent extrêmement bien du reste du cadran.
Pour finir, il est à noter la présence encore une fois des 5 billes du logo Eterna situées sous l'index 12 légèrement en relief, argentées, du plus bel effet.
Les aiguilles, également recouvertes de peinture luminescente, permettent de lire rapidement et facilement l'information souhaitée.


Le bracelet

En crocodile, signé Eterna, extrêmement bien fini et très agréable au porté. La boucle à ardillon, marquée des 5 billes, a rapidement retrouvé l'obscurité de sa boite pour laisser place à une boucle déployante papillon.


Le packaging

Livrée dans une magnifique boîte (extérieur simili cuir bleu & intérieur simili cuir blanc) de grande dimension, la Cambridge est présentée sur un petit coussin de cuir blanc.
Sont également présent un petit livret d'instruction présentant succinctement les différentes échelles présentes sur le cadran et la garantie internationale de 2 ans.
Le tout est rangé dans une sur-boite cartonnée blanche signée du logo et du nom.


Conclusion

Une très belle montre qui ne passe généralement pas inaperçue. Le cadran lui donne un côté très classe malgré son origine "sport" (on parle là de sport anglais tout de même !).
Le seul gros reproche que je lui ferais se situe au niveau du fonctionnement du chronographe, et en particulier du saut de la petite seconde au moment de l'enclenchement du mécanisme.